Qu’est ce que le ballbusting, ou l’art de bien casser les couilles ?

Il peut vous arriver parfois de lire dans des petites annonces SM que des hommes recherchent des partenaires de jeu pour du ballbusting.

Mais connaissez-vous cette pratique ?

Si je devais la résumer en une phrase, je dirai que c’est la seule fois où les hommes sont contents que les femmes leur cassent les couilles.
Trêve de plaisanterie sexiste, rentrons dans le vif du sujet.

Le ballbusting est une pratique sadomasochiste. Il y a forcément un homme soumis, et une personne dominante (homme ou femme, selon les goûts). Généralement, il s’agit d’un homme soumis et d’une femme dominatrice.
En effet, cette pratique consiste à recevoir une succession de coups dans les parties intimes. Des coups de pied, de genou, d’escarpins, de lattes… jusqu’à ce qu’elle vous les brise.

Pourquoi un coup dans les noix fait-il si mal ? Tout simplement car il n’y a rien pour protéger le testicule, c’est directement vos boules qui vont amortir le choc. Cette partie de votre service trois pièces est très riche en vaisseaux sanguins mais aussi en nerfs. Les nerfs véhiculent directement l’information de la douleur. De plus, selon le coup porté, le testicule peut cogner contre l’os du bassin, ce qui engendre une augmentation de la douleur.

Le ballbusting est une forme de CBT.

Encore un acronyme !

CBT veut dire Cock and Ball Torture. Traduire torture des organes génitaux masculins (couilles pour les intimes).
La torture est assez répandue dans le milieu BDSM, et elle peut prendre plusieurs formes : jeux d’aiguilles, électrostimulation, bondage du prépuce ou des testicules…
Le ballbusting n’est pas à prendre à la légère car cela peut entraîner de graves séquelles, notamment une déchirure qui peut aboutir à la stérilité.
Ce n’est pas un jeu sans danger, il faut donc bien être au fait de cette pratique et ne pas s’y engager sans connaissance de cause.
Chez certains soumis, l’éjaculation sera retardée ou intensifiée. Dans le BDSM, il s’agit avant tout d’un jeu qui permet au masochiste de prendre du plaisir.

On comprend bien que cette pratique entre dans la catégorie des jeux de domination et de soumission, car il est le parfait symbole de l’humiliation. D’autant plus si la maîtresse dominatrice joue la carte de la domina gynarchique avec des tenues en cuir, latex, et autres accessoires, la femme aura indéniablement l’ascendant sur l’homme.
Depuis le temps qu’on vous dit qu’elles vous tiennent par les couilles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *