Education Anglaise de Shawn : Esclave Ottomane

1771

En août, le roi Georges III lui retire ses titres et ses terres, pour son action contre l’esclavage. Shawn s’exile en Grèce via Marseille et Venise. Elle change d’identité.
La Grèce appartient à l’empire Ottoman. Elle vit à Naxos. Le fils d’un des sultans, Ali, la capture dans le mois qui suit son arrivée. Elle est conduite dans un harem pour satisfaire son maître, Mehmet, à Constantinople.
A sa montée à bord du bateau, le capitaine la fait déshabiller.

– Voici une belle pièce pour le harem de Mehmet !

Nue, pieds nus, les cheveux libres, elle porte au cou, un collier de cuir cadenassé et des bracelets de cuir aux poignets cadenassés.
Pendant le trajet, elle est emprisonnée dans une cage.

– Esclave, pendant le trajet, tu soulageras l’équipage, jour et nuit. Tu les branleras, les felleras. Tes orifices nous appartiennent, annonce le capitaine.

Elle subit leurs assauts de leurs puissants mandrins dans ses orifices. Elle avale leurs spermes et a droit à boire un peu d’eau, soumise.
Au troisième jour, Shawn retrouve l’esclave Desire qui la sodomise et se fait feller par Shawn devant l’équipage jusqu’à l’arrivée à destination. Desire la sodomise sur les ordres de l’équipage.
A Izmir, au harem, elle est vêtue d’un soutien-gorge doré fermé devant, d’une jupe ample longue, sur son corps, porte des chaînes autour des chevilles, des bracelets dorés, les cheveux libres. Des domestiques noirs du harem l’honorent.

Elle est initiée au plaisir du Kama-Sutra. Elle est sodomisée dans de nouvelles positions de soumise.
Selon les humeurs du maître, elle peut se rendre sur la terrasse, la cachant des regards.
Sa docilité et sa grâce font monter son prix. Elle vaut maintenant 150.000 livres turques.
Elle apprend l’arabe, en plus des langues apprises à Londres.
Elle conserve son pubis velu et son anus, ses jambes et ses aisselles sont toujours épilés.
On la surnomme la Marquise, par son titre de noblesse qu’elle a gardé.

1772

En janvier, au palais, Mehmet la vend.

– Selim, je te confie l’esclave Shawn. Elle est trop jeune pour être confié au sommet de la hiérarchie. Elle n’est pas assez mûre à 23 ans, pour être mère.
– Je te l’achète pour 300.000 livres turques pour sa beauté.

A bord du bateau, Shawn vit nue, pieds nus, les chevilles libres, dans une chambre semi-obscure, avec un petit hublot, dans la cale, à la poupe. Ses poignets sont menottés à un collier par derrière.
Le gardien la conduit aux toilettes à la turque et la lave à l’eau douce.
Elle est nourrie de sperme de ses gardiens, qu’elle felle, soumise.
Avant l’escale, on lui épile l’anus, les jambes et les aisselles, la baigne.
Le navire vogue pendant trois mois vers le Liban, l’Egypte et enfin Chypre.

En février, à 100 miles de Beyrouth, le navire essuie une attaque d’un navire corsaire français. Shawn a raconté pendant le trajet, qu’elle a combattu des nobles en France. Elle est libérée, habillée en homme et combat vaillamment lors de l’abordage, sauvant le commandant, en tuant son agresseur. Seul un tiers du navire corsaire s’enfuit à bord du navire. Jamais ils n’oublieront les yeux verts de la fine lame.
A la fin du combat, Selim lui annonce :

– Tu as sauvé la vie de l’équipage, tu as la vie sauve. Ton prix de vente sera selon tes désirs.

Lors de la première vente dans l’émirat, les acheteurs sont rebutés par le grain de beauté entre les seins de Shawn, mais elle gagne en valeur.
Peu après le départ de Beyrouth, Shawn dort dans une des chambres dédiées aux invités, dans la dunette. Elle subit les double pénétrations des officiers qu’elle felle, soumise. Elle garde le tabouret, mange épicé, empalée sur un des officiers qui la sodomise.

En mars, lors de l’escale d’Alexandrie, au sultanat d’Egypte, elle se fait ausculter par une infirmière européenne, dans la chambre. La visite se termine par un 69 jouissif, nues, pieds nus. L’infirmière Eléonore est une femme au corps sculptural, avec des yeux noisette, de longs cheveux plats châtain battant ses superbes épaules athlétiques. Les aréoles des seins d’Eléonore sont marron foncé. Le pubis brun est taillé en une bande rectangulaire s’arrêtant à la vulve, des lèvres de la chatte et un anus intégralement rasé. Eléonore porte une chaînette dorée à sa cheville gauche.

Shawn est rassasiée après deux ans d’abstinence lesbienne.

Fin avril, le navire mouille à 100 miles de Larnaca. Une frégate britannique et une corvette française l’assiègent. Chypre est une escale où les esclaves sont vendus, après leur échec dans l’empire Ottoman. Chypre est sous contrôle turc.

– Ce soir, tu seras conduite à terre, par sécurité, annonce Selim.

A la nuit tombée, Shawn quitte le bord dans d’une chaloupe qui la conduit dans un passage sous-marin. Là, elle est conduite chez un intermédiaire juif. Elle est vêtue d’un soutien-gorge doré fermé devant, d’une jupe ample longue, sur son corps, porté des chaînes autour des chevilles, des bracelets dorés, sous une robe noire longue jusqu’aux chevilles et un voile noir les cheveux libres, chaussée de mules à petits talons.

– Shawn est une des favorites du harem de Mehmet. C’est une marquise britannique. Mehmet me l’a vendu car elle est trop jeune pour être mûre. Elle aime la sodomie comme les beautés orientales. Seuls l’anus, les jambes et les aisselles sont épilés, annonce le second de Selim.

Pour la nuit, après le départ de la garde, le juif la contraint à le feller. Elle felle le mandrin circoncis, en salope, avant d’être sodomisée jusqu’à l’orgasme. Il est heureux de son acquisition.

Au lever du soleil, Shawn s’offre à une servante, nue, pieds nus, les cheveux libres, les ongles des mains et des pieds vernis de rouge.
Ensuite, la servante prend un flacon. Shawn s’offre debout, met les bras en l’air, les mains derrière la tête. La servante lui lave le corps.
Puis Shawn s’allonge sur le dos, grand écart, les jambes repliées en l’air. La servante prend un flacon d’huiles et lui verse sur le pubis et la chatte qu’elle embaume. Elle remet sa tenue d’apparat.

Trois chevaliers de Malte et un riche noble vénitien.
Sa valeur est estimée à 2 millions de livres, moins si elle est affranchie à Chypre par son acheteur et le double si son acheteur l’épouse à Chypre.

Peu avant midi, la vente commence avec une mise à prix à 900.000 livres, nue, Shawn, les poignets menottés à des chaînes fixées au plafond et les chevilles menottées aux piliers. Le riche noble vénitien rapporte l’enchère avec 4 millions de livres. Les chevaliers de Malte apportent leur part pour l’enchère en commun. Shawn appartient à Malte et à Venise.
Elle rejoint Malte pour y passer l’été et Venise à l’automne.

Un navire léger la conduit à Malte. Le navire échappe à un abordage avec le navire affrété par les Lords. Shawn vit libre dans une chambre de la dunette. Le plus âgé lui refait une beauté, le second lui offre son mandrin à feller et le plus jeune est dépucelé et la sodomise pendant la traversée.
Une nuit, elle déjoue un complot contre un des officiers du navire, en tuant son agresseur avec sa dague, cachée sous sa jupe ample, cachée dans un étui fixé au mollet. Le corps est inhumé en mer. Elle raconte la suite de ses aventures, dans un journal intime.

A Malte, elle est conduite dans une des résidences estivales des chevaliers, à Mosta. Son courage lui permet d’être adoubé comme dame de « grâce magistrale » de l’ordre de Malte. Son dévouement pour les esclaves fait partie des missions des chevaliers. Elle porte la tenue avec la croix de Malte.

Shawn raconte son calvaire depuis son séjour en France, son exil en Grèce et le harem en Turquie, au plus ancien des chevaliers. Il lui assure sa sécurité et sa protection.

En juin, Shawn fait la connaissance d’un haut gradé de l’ordre de Malte, qui la séduit. Elle devient sa maîtresse. Il la sodomise deux fois par semaine avec son mandrin long de dix-huit centimètres et trois de diamètre.

Lors d’une visite à un des hôpitaux à Malte, deux colosses africains d’un chef du royaume musulman du Bénin, d’où étaient originaires ses domestiques, l’enlèvent et la conduisent en barque jusqu’à un navire marchand libyen.

Après une semaine de traversée, entravée sur le pont, nue, pieds nus, les cheveux libres, le cou, les poignets dans un carcan, debout, où elle subit les viols collectifs de l’équipage, qui la sodomise à sec, nourrie au sperme de ses violeurs. La peau du dos, des jambes et du torse a pris une couleur patine.

A Tripoli, elle est conduite dans une caravane de chamelier, poignets et chevilles menottés, cachée sous une toile de tente jusqu’à la frontière du Niger.

Deux semaines après, elle est vendue à des touaregs qui la revendent trois semaines après à la tribu d’où sont originaires ses domestiques. Elle y subit des sodomies par les plus gros mandrins de la tribu, qui la soumettent à leurs désirs. Elle y vit nue avec un simple cache-sexe en tissu. Elle est vénérée pour sa blondeur et sa peau patine.

Mais au royaume musulman du Bénin, un officier britannique la rachète et l’envoie à Londres par le premier bateau. Elle a été séquestrée pendant deux mois.

En octobre, elle débarque à Londres.

Elle retourne au mas isolé avec ses domestiques dans la montagne Sainte-Victoire

Fin juin, au port de Marseille, le navire du marchand d’esclave Selim, devenu le plus grand marchand de la Méditerranée, fait escale. Selim se tourne vers l’Afrique du Nord, les Baléares et Marseille. Un des fournisseurs à Marseille l’informe de la présence d’une veuve blonde anglaise, dans l’arrière-pays. Selim lui annonce :

– C’est Shawn, une esclave qui m’a sauvé la vie.

Il sait que Shawn vaut plus de 4 millions de livres, ce qui pourrait renflouer une partie des pertes de l’année, dû aux mauvaises conditions météorologiques et aux guerres en Méditerranée.
Entre le coucher du soleil et le lever du soleil, Shawn est enlevée et emmenée par des hommes de main du fournisseur à Marseille.
Le lendemain, elle se réveille à bord du navire-amiral de Selim, nue, pieds nus, les chevilles libres, dans une des chambres dédiées aux invités, dans la dunette. 

Selim lui annonce :

– Shawn, je ne vais pas te vendre. Je veux que tu sois ma maîtresse. J’ai acheté un palais en Afrique du Nord, où tu vivras libre.
– Mais, je dois assurer mes missions diplomatiques, réplique Shawn.
– N’ai aucune crainte, ta parfaite adaptation linguistique en fait de toi la femme recherchée. L’empire Ottoman cherche à s’étendre en Afrique. Nous détenons Chypre, la Grèce et nous voulons implanter une mission commerciale en Algérie pour étendre la zone d’action en Tunisie Tu seras notre interprète.
– J’accepte.

Le 1er juillet, à 300 miles au large de la Sardaigne, la vigie signale la présence d’un navire corsaire français.

Shawn, habillée en homme et combat vaillamment lors de l’abordage, rééditant l’exploit de février. Parmi l’équipage du navire, se trouve l’ancien sous-officier du navire corsaire attaqué en février 1770 au large de Beyrouth. Il tente de tuer Shawn, mais deux marins le blessent. Shawn le fait prisonnier. Seul un tiers du navire corsaire s’enfuit à bord du navire. Selim a perdu un de ses navires, dans la bataille, coulé par le navire corsaire.

Shawn le soigne, puis le felle, en salope et le viole, en logeant son mandrin dans son anus dilaté, devant Selim, elle est penchée en avant, les cuisses écartées, nue, pieds nus, les cheveux libres.

Shawn ordonne à l’officier :

– Enfonce-moi bien ton mandrin dans mon cul !… Fais-moi jouir !… Oui, t’aimes quand je te presses les couilles, mon enculeur !…
L’officier est exhibé nu sur le pont, ligoté, sodomisé par l’équipage et violé par Shawn pendant la durée de la traversée vers un port franc en Afrique du Nord. L’officier, lors du viol par Shawn, crie :
– Tu es une prostituée, soumise… Tu ne jouis que du cul… Je connais Alban et ses acolytes français qui ont fait de toi leur esclave sexuelle…

Shawn ne répond pas. L’officier est fouetté et sodomisé, en réponse.

Dans la cale, Shawn choisit une de ses esclaves. C’est Prisca. Prisca est nue, pieds nus, mettant en valeur ses seins et ses jambes bronzées. Elles sympathisent.

Prisca est une jolie blonde aux longs cheveux arrivant jusqu’aux bas des fesses, au corps athlétique, aux épaules rondes et gracieuses, avec des seins parfaits intégralement bronzés un peu volumineux mais fermes, et leurs pointes marron foncé, toujours dressées, cernées par une large aréole marron attirent le regard. Elle a des jambes longues bronzées, musclées qui inquiètent par leur perfection, un pénil bombé, ouvert, couronné de noir et un pubis brun taillé en triangle. Sa pilosité brune couvre son pubis jusqu’à sa raie fessière. Très poilue entre les cuisses. Elle a une superbe croupe. Les lèvres de son sexe sont une plaie rouge entre son entrecuisse velue noire. Ses hanches sont incurvées et délimitant le ventre plat, délicieusement renflé autour du nombril. Elles sont larges et rondes, mais sans lourdeur. Au-dessus d’elles, comme une surprise, la taille est si fine qu’une seule main, croit-on, pourrait l’enserrer. Shawn caresse la peau lisse et patine.

Oui, Prisca est une femme, pleine de charme féminin et de grâce, intégralement bronzée.

Ses yeux verts limpides s’allument, sa bouche charnue se fend. Prisca a des sourcils bruns bien dessinés et des lèvres pulpeuses et de longs doigts fins et de belles mains. Son corps est intégralement bronzé comme celui de Shawn. Prisca est lesbienne et hétérosexuelle, mais qu’elle a toujours refusé la sodomie à son mari.

Shawn l’affranchit après requête auprès de Selim. Prisca et Shawn se font longuement jouir dans la chambre. Shawn l’invite :
– Prisca, toute femme doit être sodomisée à bord.
– Non, je ne veux pas, réplique Prisca apeurée.
– Assis-toi sur le tabouret, ordonne Shawn.
Prisca s’empale sur le tabouret, pervertit par Shawn, qui lui écarte les fesses et loge le godemichet dans l‘anus vierge. Shawn est aux anges, tout en se faisant sodomiser par les officiers et le prisonnier.

Le 3, dans le gaillard, Selim la sodomise selon le Kama-Sutra :

Allongée sur le dos, Shawn se laisse ouvrir complètement les cuisses. Selim, agenouillé, la saisit par les chevilles pour l’obliger à s’ouvrir davantage. Jambes tendues, elle est sodomisée. Selim, d’un simple geste en avant, il lui soulève les reins et entre et sort avec violence pour lui infliger sa possession. Chauffée à blanc, Selim l’insulte :

– Ma belle Shawn, tu n’es qu’une jouisseuse de sodomite !
– Oui, Selim, encule-moi ! Défonce-moi le cul ! réplique Shawn soumise, en se caressant les seins, jouit très fort, la tête posée sur le lit.

Quelques instants après, Shawn se met en levrette et penchée en avant, en appui sur mains, lui offre son magnifique fessier, cuisses écartées. Selim, derrière Shawn, loge son mandrin dans l’anus que contrôle Shawn. Totalement soumise et dos à lui, Shawn ne peut plus bouger. Il lui plaque l’une de ses mains sur reins et peut à tout loisir chauffer fesses de quelques claques magistrales.

– Fesse-moi Selim, mon maître.
– Empale-toi sur ma queue, esclave.

Experte, Shawn geint et vient bientôt s’empaler sur lui. Puis elle se met en appui sur coudes, lui offre son magnifique fessier, la croupe relevée, cuisses écartées. Selim, derrière Shawn, sans débander, va et vient selon son propre rythme. Shawn jouit, la tête en avant. Il est en appui sur ses jambes. Puis Selim, derrière Shawn, fortement planté dans l’œillet défoncé, se penche latéralement dans un premier temps. Selim enjambe les fesses de Shawn sur le côté gauche dans un deuxième temps. Il masse latéralement l’anus, qu’elle contracte légèrement, emprisonne le mandrin. Il entre et sort le mandrin, fesse cuisses et fesses de Shawn. La chaleur se communiquant rapidement à l’entrecuisse de Shawn, la fait jouir. Shawn a la tête en avant.

– Oui, j’ai la chatte en feu, mon maître et le cul aussi. Lime-moi bien le cul !

Soumise, très ouverte par des caresses digitales, Shawn tourne le dos à Selim. Légèrement penchée en avant, ses seins se balancent au rythme des coups de mandrin, les mains en appui sur ses genoux, elle se tend totalement aux coups qu’elle reçoit dans l’anus. Selim la saisit aux hanches de façon à la pénétrer au maximum à chaque introduction. Les mains sur les fesses il accentue leur ouverture pour y plonger son mandrin.

– Ecarte-moi les fesses pour me limer en profondeur, mon amour !

Le frottement testiculaire de Selim est très fort et le massage de l’oeillet légèrement douloureux au début devient très supportable. Shawn jouit très fort. Sans débander, il saisit la jambe gauche de Shawn et la relève souplement vers l’arrière. Pour ne rien perdre de la longueur du mandrin, Shawn, pivotant légèrement sur le côté gauche entoure le cou de son baiseur. L’anus bien lubrifié et le mandrin glisse aisément en massant latéralement l’anus. Shawn ne resserre pas les fesses.

– Masse-moi latéralement le cul, mon amour !

Empalée jusqu’aux couilles, Shawn, toujours fortement maintenue par la jambe gauche et en appui sur l’autre, passe ses deux bras en arrière autour du cou de Selim.

– Pince-moi et caresse mes mamelons durcis par tes caresses.

Shawn jouit très fort, face contre face.

Ils se retirent. En position debout, Shawn, penchée en avant, Selim, placé derrière elle, debout, lubrifie son mandrin avec sa propre salive avant de s’enfoncer doucement dans le cul très écarté par la pression de ses mains sur le haut des cuisses de Shawn. Logeant progressivement tout son mandrin dans l’étui très serré des fesses qu’il fesse et chauffe pour accentuer sa domination, d’une main il s’empare du clitoris de Shawn qui ne peut refuser cette caresse, ses mouvements de jouissance et de plaisir. Shawn jouit très fort la tête penchée en avant.

– Fesse-moi ! Mon escargot a besoin de caresses, j’ai la chatte en feu !

Avec un mandrin assez long, Selim toujours planté dans les fesses de Shawn se laisse glisser à genoux sur le lit. Shawn se redresse jusqu’à toucher son buste avec son dos. De la main gauche il lui masse les lèvres et le clitoris, il la masturbe s’il sent que les mouvements de son bassin sont violents, de l’autre main il masse les seins, durcis par les caresses tandis que ses doigts investissent la chatte. Il lui murmure des mots tendres :
– T’aimes quand je te masse les lèvres et le clitoris, mais aussi tes seins aux mamelons qui se dressent sous mes doigts.
– Oui, maître ! Mes seins sont chauds et mes lèvres ruissellent de ma mouille. Tes couilles claquent contre mes fesses offertes.

Shawn jouit très fort, face droite contre la bouche de Selim.

Sans débander, Selim s’allonge sur Shawn. Shawn se détend et Selim l’enserre par les hanches, lui mordille le cou et glisse ses mains autour de ses seins quand il lui imprime ses coups plus profonds. Shawn tend sa jambe gauche, entre les jambes de Selim, replie sa jambe droite ramenée un peu vers elle, accoudée. En agitant sa croupe, Shawn l’amène progressivement au plus fort de son érection.

– Quelle salope, fait moi bander, Shawn !
– Oui, ta queue dans mon cul ! Pilonne-moi plus profondément, mon maître.

Shawn jouit très fort. Il décharge sur ses fesses, après une demi-heure de sodomie.
Shawn repue, est rejointe par Prisca, qui lui fait un long 69 jouissif jusqu’au repos bien mérité, les chattes béantes et les anus dilatés, de jeux digitaux intenses et jouissifs.

Le 8, trois navires suivent à distance le convoi. Dans la nuit, deux navires de Selim sont coulés. Il ne reste plus que le navire-amiral et celui de son second, puissamment armés.
Le navire du second de Selim est abordé par deux navires et est incendié, les esclaves sont jetés à la mer et l’équipage meurt dans l’incendie.
Le navire-amiral prend la fuite et se réfugie au large de la Tunisie, où il est escorté jusqu’à une rade pour est réarmer, puis il reprend la mer et coule les trois navires suspects, avec l’appui de navires légers d’assaut qui les abordent. L’honneur est vengé.

Le 18, Selim a laissé Shawn, Prisca et le prisonnier, sur une île des îles de la Galite, faisant office de forteresse. Le prisonnier est torturé jusqu’à la mort. Shawn et Prisca sont violées par des geôliers sans scrupules, Shawn est nourrie de spermes de ses violeurs, fessée et abandonnée nue dans un cachot où les esclaves masculins la violent, malgré leurs menottes. Personne n’entend ses cris. Prisca subit le même sort.

Un corsaire français débarque sur l’île et visite les cellules. Il découvre le prisonnier français qu’il rachète, et Shawn qu’il libère des geôliers contre un coffre d’or.
Le prisonnier français est pendu à un des mâts, devant Shawn, nue.

– Mes amis, voici une anglaise, je vous laisse lui donner du plaisir jusqu’au coucher du soleil, annonce le commandant.

Shawn est violée par l’équipage, mais elle y prend du plaisir, les deux orifices et la bouche remplis par des mandrins de tous calibres, soumise. Elle dort dans la cale, nue, pieds nus, porte au cou, un collier de cuir cadenassé et des bracelets de cuir aux poignets cadenassés. Le collier et les bracelets sont fixés ensemble par une chaîne.
Quand Selim revient au port de l’île, il retrouve Prisca et jure de retrouver Shawn, son amie.

Fin août, Shawn est devenue la favorite du commandant du navire, qui la sodomise à de nombreuses reprises, lors des prises de quart et le soir au mess, dans le gaillard. Huit hommes sont morts pour l’avoir abusé en l’absence du commandant, deux sont aux fers et cinq ont été fouettés et émasculés pour viols.

Pendant la première semaine de septembre, lors de l’escale à Porto-Vecchio, en Corse, l’officier des troupes de marine Victorien visite le navire et découvre Shawn allongée sur le dos, nue, pieds nus, les cheveux libres, exhibant sa chatte, grand écart, le clitoris encore érigé. Il la baise en douceur. Elle se retient de jouir. Le commandant l’interrompt :
– Tu veux cette femme. C’est une adepte de la sodomie, qui a été violée par mes hommes et des Ottomans. Dis-moi ton prix ?
– 50.000 écus.
– 45.000 réplique le commandant.
– 55.000 écus.
– Ma beauté n’a pas de valeur, mes amants. Je suis heureuse quand j’ai une queue dans mon cul, ma chatte et ma bouche.

La discussion s’arrête là. Shawn est débarquée. Victorien la confie à son aide de camp, qui la met à l’abri dans une maison isolée, à Casabianca.
L’aide de camp et deux domestiques noirs violent Shawn pendant trois jours, lors de l’absence de Victorien, menottée nue, pieds nus, les cheveux libres, aux barreaux du lit, les yeux bandés. Shawn est chancelante, à la limite de l’inconscience. Malgré son état, les viols continuent, puis ils se relaient avec des officiers du régiment de Victorien. Elle est nourrie de spermes et à droit rarement à boire et à manger.

Au troisième jour, c’est un des jeunes officiers qui fait cesser l’humiliation, en voyant que Shawn a perdu connaissance. Les violeurs se retirent, seul l’officier reste, la soigne, la nourrit. Elle refuse toute pénétration et fellation pendant un mois. Victorien apprend la vérité, lors d’un repas entre amis. Les violeurs sont arrêtés et remis à la justice, jugés à Marseille et condamnés au bagne.

En novembre, Selim et Prisca ont fait le tour des ports français de la Méditerranée et font une halte en Corse. Prisca réussit à retrouver Shawn. Shawn lui raconte son voyage entre la Tunisie et la Corse et le soutien de Victorien. Elles se consolent lors de longs 69 jouissifs jusqu’au coucher du soleil. Prisca lui offre un domestique noir, Caesar, le fils du Stag, le domestique qu’elle a connu en Angleterre. Il possède les mêmes atours : un mandrin long de vingt-et-un centimètres et quatre de diamètre, circoncis, en érection. Victorien leur laisse la maison isolée qui est convertie en maison close. Shawn et Prisca recrutent des anciennes esclaves de Selim qui se prostituent pour les marins des navires faisant escale en Corse.

1772

En avril, à 23 ans, Shawn et ses amis quittent la Corse, laissant la maison close aux prostituées. Ils se rendent aux Baléares, sur l’île de Minorque, possession britannique depuis 1763 et jusqu’en 1783.
Elles s’offrent aux équipages faisant escale vers la Corse, la Sardaigne et la France et revenant d’Afrique du Nord.
En juin, Shawn fait la connaissance d’un couple de noble, un comte et sa femme. La femme a le même physique de Shawn, le sexe et l’anus sont épilés. Shawn est invitée chez eux.

Ils vivent dans un domaine sur les hauteurs. Le couple y vit nu. Shawn se déshabille et déambule nue, pieds nus, les cheveux libres. Le mari, le comte Andrew est porté sur les plaisirs sexuels. Quant à sa femme, Adele, elle aime le contact avec les femmes et la sodomie comme Shawn. Shawn remarque qu’Adele porte sur la fesse droite, un M marqué au fer rouge. Shawn sait qu’elle a été l’esclave d’un grand maître. Adele demande à Shawn :
– Shawn, pourquoi votre pubis et votre chatte sont restés poilus ?
– J’aime le contact de la bouche et d’un mandrin sur ma fourrure. J’ai toujours l’anus épilé pour faciliter l’accès du gland dans mon cul de salope.
– Vous avez un joli fessier. Quel est votre âge ?
– J’ai 25 ans et j’ai été défloré à 18, esclave de nombreux maîtres britanniques, puis en France, j’ai été à nouveau l’esclave d’un mystérieux marquis, qui serait mon père naturel, puis capturée à Naxos à lors de mon exil par les Ottomans, favorite d’un harem jusqu’à ma vente, à Larnaca aux chevaliers de Malte, enlevée à Marseille par un riche marchand d’esclave, je suis capturée par un corsaire français qui m’offre à un soldat français en Corse, où je retrouve ma liberté.
– Quelle jeunesse, pour une si jolie femme comme vous. Je m’attendais à une vierge de l’anus et rebelle. Nul besoin de correction pour vous, votre cul a été maintes fois fessé et honoré, n’est-ce pas ?
– Oui, Adele, Shawn restera sous notre toit, dit Andrew.
– J’accepte, répond Shawn.
– Tu vivras avec ton personnel et Prisca dans un pavillon du domaine, annonce Andrew.

Shawn emménage avec ses amis. Adele est subjugué par Caesar. Le personnel d’Andrew et Adele fait l’amour avec Caesar.
En juillet, Andrew engage un masseur et un gynécologue, tous les deux espagnols. Le trio féminin subit une visite gynécologique tous les trois mois, après les règles. Quand au masseur, il masse les belles en fin d’après-midi, après des les promenades à cheval.

La deuxième semaine, Shawn s’exhibe nue dans sa chambre du premier étage. Le masseur la rejoint et l’invite à le feller :

– Suce-moi, belle Shawn !
Shawn le felle en experte. Une fois en érection, le mandrin long de vingt-et-un centimètres et quatre de diamètre et circoncis, se loge dans l’anus lubrifié et dilaté par un anilinctus royal. Shawn jouit en levrette.
– Juan, encule-moi comme une salope ! Je sens tes couilles contre mes fesses. Fesse-moi aussi. J’aime jouir fessée.
– Tiens, ma belle.
– Oui, encore, dit Shawn, empalée jusqu’aux couilles, les fesses bien écartées par le mandrin.
Elle conclut, s’empale dos à lui, elle est sodomisée, grand écart, en appui arrière sur ses bras, tenue par les hanches et jouit.
– Ta queue me défonce à fond le cul.
– Je vais jouir, ma belle !

Shawn se retire, le felle, en tenant le mandrin dans sa main gauche, couchée sur le côté droit, à sa gauche. Il éjacule dans sa main, puis elle le felle à nouveau et lui lèche le gland et la hampe, heureuse. Son anus est encore dilaté par les coups de boutoir de son amant.

Il se retire. Shawn se baigne, en compagnie de Prisca et se font jouir sous les caresses sensuelles.

L’après-midi, Shawn bronze nue, pieds nus, les cheveux libres, allongée sur le ventre, sur une chaise longue, à l’abri des regards, dans le jardin. Le gynécologue, en érection, se branle, en visionnant sa chatte et son anus, entre ses cuisses écartées. Shawn sait qu’elle est espionnée. Elle l’excite, en glissant sa main droite sous son ventre et se caresse le clitoris, son ventre ondule. Shawn mord ses lèvres pour ne pas crier. Elle se couche sur le côté gauche, avec l’autre main, elle loge un doigt dans son anus qu’elle dilate, puis deux doigts et jouit, avec deux doigts dans sa chatte et un troisième excitant son clitoris. Elle a un orgasme puissant qui la terrasse.

Quand elle reprend ses esprits, le gynécologue a rempli l’anus de son mandrin long de Shawn, qui s’est couchée sur le ventre. Il bouge avec délicatesse dans l’anus.

Shawn l’implore :

– Plus fort, mon étalon !

Il lui écarte les fesses et la pilonne selon ses désirs. Elle s’accoude, se cambre pour une sodomie plus profonde. Les couilles claquent contre les fesses rebondies offertes. Il lui caresse le clitoris pour l’exciter davantage, avant d’éjaculer dans sa bouche. Elle est assise sur la chaise longue, les cuisses écartées, tout en caressant sa chatte et son clitoris. Elle le felle jusqu’à la dernière goutte.
Rassasiée, elle se lève et va s’allonger sur le lit, après une rapide toilette. Elle se branle longuement seule, en fantasmant, prise par trois étalons, deux dans ses orifices et fellant le troisième.

Le lendemain soir, alors que Caesar sodomise Adele, Prisca s’offre aux domestiques d’Adele. Shawn s’offre à Andrew, le masseur et le gynécologue.

Au salon, assise dans le canapé, Shawn, nue, felle le gynécologue, à sa gauche, tenant le mandrin dans la main droite, lèche le gland et la hampe et branle celui d’Andrew, avec l’autre main, à sa droite, simultanément. Ils sont debout. La main droite du gauche d’Andrew lui caresse le sein droit. Le masseur les rejoint, elle le branle avec sa main droite, felle le gynécologue et branle Andrew avec l’autre main, simultanément. Le gynécologue se retire et elle felle le masseur, en lui caressant les couilles avec la main droite.

Le gynécologue lui écarte les cuisses et lui fait un cunnilinctus. Elle jouit, en branlant Andrew, à sa droite et le masseur, à sa gauche. Elle felle son mari.

Le gynécologue la fait lever. Elle s’empale sur le gynécologue, face à lui, sodomisée et branle et felle le masseur et branle Andrew, le gynécologue lui caresse les seins à deux mains. Puis Andrew lui caresse le sein droit avec la main gauche. Le gynécologue lui caresse les seins à deux mains.
Shawn se couche sur le gynécologue, empalée et le masseur la sodomise simultanément. Le gynécologue lui pelote les seins à deux mains.
Après le retrait du masseur, le gynécologue éjacule sur les fesses de Shawn.
Après le départ du gynécologue, à la cuisine, Shawn est allongée sur le ventre, nue, pieds nus, accoudée, boit un verre, la jambe gauche fléchie. Andrew lui caresse les fesses, le dos et ils s’embrassent, mêlent leurs langues.

Adele les rejoint et prodigue un cunnilinctus royal à Shawn qui jouit et Shawn a un orgasme qui la terrasse. Andrew la porte jusqu’au lit. Shawn est en 69 au-dessus de la domestique qui lui fait un cunnilinctus. Andrew la sodomise, alors qu’elle branle la chatte d’Adele et jouit à de nombreuses reprises sous les coups. Il saisit Shawn à la taille. Elle se redresse, bras tendus pour jouir. Elle branle le clitoris et lui fait un cunnilinctus.

A la fin août, le couple rentre en Angleterre. Shawn, Prisca et son personnel gardent le domaine jusqu’en hiver.

Selim lui apprend par un courrier que le comte Christophe a été exécuté, son remplaçant Marc est toujours embastillé, Oscar est mort au combat aux Antilles et lui apprend qu’un nouveau marchand d’esclaves d’Afrique australe sévit dans l’Océan Indien, raflant les esclaves promis aux Ottomans. Ce serait le fils cadet de maître Alban, qui serait décédé en Virginie, depuis son exil en 1767. Il se prénomme Mastermind, car aucun marchand n’a pu le surpassé, au niveau des prix et de la beauté de ses esclaves, marqués de la lettre M, comme Adele. Shawn pense qu’Adele a vécu quelques temps en Virginie, sous ses ordres.

Shawn renforce la sécurité du domaine, en engageant des mercenaires et des hommes d’élite qu’elle sélectionne, lors de partouzes avec Prisca. Elle forme ainsi une escouade de vingt hommes à pied et six à chevaux, légèrement armés.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *